Expérimentation Animale

 

De quoi s’agit –il ?

L’expérimentation animale  est une pratique qui consiste à utiliser des animaux réduits à l’état de « matériel biologique » pour les soumettre à toutes sortes de pratiques.

Chaque année, ce sont près de 1 milliard d’animaux qui meurent  à travers le monde de façon cruelle et inutile. En France, dans les quelques 400 laboratoires privés et publics, un animal meurt toutes les 12 secondes.

De nombreux tests dépassent l’entendement de part leur inutilité et leur cruauté. Ces millions d’animaux, réduit à l’état de matériel de laboratoire sont le plus souvent maltraités par les employés des laboratoires. Ils endurent d’immenses souffrances physiques et psychologiques. Ils peuvent être noyés, affamés, cancérisés, découpés vifs, brûlés, empoisonnés, drogués, mutilés, rendus fous, étouffés …

Et cela malgré les différences physiologiques considérables qui existent entre les espèces, qui rendent impossible la transposition à l’homme des résultats obtenus sur le modèle animal

 

L’expérimentation animale est-elle vraiment utile?

La Food & Drug Administration américaine admet que 90% des médicaments testés avec succès sur les animaux sont rejetés pendant les tests cliniques sur les humains. L’expérimentation animale est rejetée par une communauté médico-pharmaceutique grandissante.

Les effets secondaires entrainent chaque année la mort de plusieurs centaines de milliers de personne, et ceci reconnu officiellement. Bien que les médicaments soient retirés du marché, cela démontre que les tests sur animaux ne sont pas fiables, et sont dangereux pour l’homme.

Les exemples sont nombreux :

  • La pénicilline tue les cochons d’Inde et les hamsters mais pas les souris.
  • Le benzène provoque le cancer chez les humains mais pas chez les souris.
  • Des expérimentations animales conclurent que l’acide folique serait bénéfique aux patients atteints de cancer. Les résultats furent désastreux, le cancer se mit à empirer
  • Chlorampenicol : antibiotique ayant causé des désordres sanguins entrainant la mort chez l’être humain mais pas sur les animaux de laboratoire.
  • Teropten : anti-cancérigène, qui suite à un projet utilisant 18000 souris a été utilisé pour traiter la leucémie chez l’enfant. Ils sont morts plus rapidement que s’ils n’avaient pas été traités.

 

Actuellement

La réglementation qui les protège est très faible : par exemple elle n’impose pas l’anesthésie. Les informations rendues publiques par les laboratoires et les industries sont réduites au strict minimum, maintenant la société civile en dehors du débat. Alors que l’industrie et les institutions peinent à concevoir une science plus éthique, de nombreux scientifiques contestent la validité du modèle animal non-humain. Mais le manque de moyens alloués aux alternatives, la méconnaissance de ces méthodes par un pan du corps scientifique, et les obstacles administratifs à leur validation, freinent la mise en œuvre des techniques alternatives, même lorsqu’elles sont plus fiables que les tests sur animaux.

Ainsi, bien qu’il soit difficile de se faire une opinion lorsqu’on n’est pas soi-même scientifique, il est facile de comprendre que derrière ces pratiques se cache une économie très florissante et dès lors qu’il est question d’argent, tout se justifie……. Ou presque : Réponse ici des dix mensonges sur l’expérimentation animale.

L’’existence d’une science prometteuse sans animaux avec l’utilisation de méthodes alternatives est la preuve que l’on peut éviter la souffrance de millions d’animaux.

Méthodes alternatives d’une recherche moderne, éthique et responsable : « Cultures de cellules, de tissus, d’organes, recours à des micro-organismes, biologie moléculaire, études de tissus post-mortem, simulations sur ordinateur, études statistiques et épidémiologiques sur les populations, recherche clinique sur patients volontaires, dissection virtuelle ».

Dossier complet ici

 

Que pouvez vous faire ?

 

  • Se renseigner davantage et sensibiliser son entourage à cette problématique
  • Rejoindre un groupe local de défense des droits des animaux (comme ACTA, si vous êtes sur le secteur de Bordeaux)

 

 

 

Pour aller plus loin