Végétalisme

LA SOUFFRANCE ANIMALE

Chaque année, ce sont près de 1 milliard d’animaux qui sont élevés et tués en France pour leur viande. (55 milliards par an dans le monde). Cela représente 16 fois la population de la France. Le plus lourd tribut de ce massacre est payé par les volailles : 25 milliards ! Viennent ensuite les moutons et les chèvres : 20 milliards, puis les cochons avec 1,8 milliard, 1,4 milliard de vaches et des milliers de chevaux ! Sans compter le nombre de poissons, qui est difficile à évaluer en quantité d’individus puisque comptabilisés à la tonne comme de la vulgaire marchandise.

La production est à 98% intensive, c’est-à-dire que les animaux sont entassés par milliers dans des hangars, dans de toutes petites cages, sans lumière du jour et sans espace pour se mouvoir. Leurs mouvements naturels ne sont pas respectés : impossible de gratter, de ronger, de battre des ailes, de courir… Ils sont victimes de traitements très douloureux sans anesthésie : épointage des becs, castration, dents limées, mutilation diverses…

Élevage en batterie de poules pondeuses

Séparation d’une vache et de son veau

Les jeunes (poussins, veaux, …) sont séparés de leur mère, privés de contact maternel afin de préserver une productivité maximale. Par exemple, les poussins mâles issus de la filière «poule pondeuse » sont éliminés par broyage ou gazage au début de leur très courte vie. La filière « foie gras » effectue aussi un sexage en début de vie, les femelles n’étant pas utilisées pour produire du foie gras en France. C’est ainsi que la majorité d’entre elles sont tuées dès leur premier jour.

L’industrie du lait est, entre autre, dénoncée pour la souffrance infligée à la mère séparée de son veau peu de temps après la naissance. Nombreux sont les témoignages du voisinage dénonçant des cris déchirants provenant, jour et nuit, des élevages en période de vêlage.

En élevage intensif, les truies mettent bas dans des cages sans litière où elles peuvent à peine bouger. Elles y restent jusqu’au sevrage des porcelets (à l’âge de 3 semaines). Aucun contact maternel possible.

Ensuite vient le chemin de l’abattoir, qui commence par de longs trajets dans des conditions difficiles : stress, entassement, déshydratation… Enfin, la mort se fera avec ou sans étourdissement. Pour des raisons de cadences et de rentabilité, nombre d’abattoirs ne prennent plus la peine d’étourdir l’animal, sautent cette étape afin d’égorger l’animal directement. Entre l’égorgement et la perte de réaction cérébrale, plusieurs dizaines de secondes peuvent s’écouler : une période d’angoisse, de peur, de stress et surtout de douleur extrême. La logique commerciale prime sur l’éthique et la souffrance animale.

Crédit Photo L214 Éthique et Animaux

A noter : 20 000 animaux sont tués dans le monde le temps de lire cette phrase.

=> Vous voulez plus de chiffres ? <=

LA PLANÈTE

Alors que le secteur de l’élevage ne représente qu’environ 2% du PIB mondial, celui ci est responsable d’environ 15% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, soit plus que le secteur des transports. Mieux vaut un végétarien en 4×4 qu’un omnivore en vélo !

Il est responsable à 28% du trou de la couche d’ozone, et provoque 76,2% des émissions de gaz d’ammoniac. La plupart des pluies acides sont dues à l’élevage. En Bretagne, les sols et l’eau sont très pollués, la cause : l’élevage des cochons.

La production de viande est gourmande en terre et en eau. Près de 70% des terres arables sont consacrées à l’élevage, qui engloutit également environ 9% des ressources en eau douce consommées chaque année. L’élevage favorise également la déforestation, du fait du manque de pâturages et du besoin de cultures fourragères pour nourrir les bêtes. Le rapport de la FAO* souligne ainsi qu’en Amérique du Sud, 70% des terres autrefois boisées sont aujourd’hui consacrées à l’élevage.

*FAO : Organisation pour l’alimentation et l’agriculture de l’ONU     

« Une baisse de 50% de la consommation de viande en Occident d’ici 2020 permettrait de diminuer de 3,6 millions le nombre d’enfants souffrant de malnutrition dans les pays en voie de développement. »

Institut international de la recherche
pour une politique alimentaire

L’ÉTHIQUE

Les récentes études en éthologie et en sciences cognitives nous montrent que les animaux ont une vie mentale subjective, sont des êtres conscients, doués d’empathie, d’intelligence et certains ont montré toute leur rationalité. Manger de la viande, c’est participer au plus grand massacre jusqu’alors jamais connu d’êtres sentients. L’homme se donne le droit de vie et de mort en se disant : « Ce ne sont que des animaux »… Imaginez-vous à leur place, juste 1 minute.

L’éthique s’oppose fermement au poids de la culture, de la tradition, de l’économie.

POUR ALLER PLUS LOIN

LIVRES

RECETTES
ÉTHIQUE ET ENQUÊTES
  • Un éternel Treblinka, Charles Patterson
  • Poissons. Le carnage, Joan Dunayer,
  • No steak Aymeric Caron
  • La révolution végétarienne Thomas Lepeltier
  • Vache à lait, 10 mythes de l’industrie laitière Elise Desaulniers

 

FILMS

SITES INTERNET

  • Pour toutes les questions que vous vous poseriez, et pour savoir comment répondre à vos proches qui ne comprennent pas le végétaR/Lisme, les réponses sont ici !

 

BOUTIQUES DE VENTE EN LIGNE

  • Un Monde Vegan – La première boutique 100% vegan de France et la référence pour de nombreux végés
  • Boutique Vegan : de nombreux filtres très pratiques, allergènes, origine et traitement, etc …

Plus de boutiques ICI !