Compte-rendu de la manifestation du dimanche 3 février devant le cirque Arlette Grüss à Bordeaux

Nous étions à nouveau une quinzaine devant le cirque Arlette Grüss le dimanche 3 février 2019 pour protester contre la présence des animaux dans les cirques, mais également pour sensibiliser le public, potentiel et avéré, des conditions de dressage et de détention des animaux dans les cirques. Nous avons pour ce faire déployé deux méthodes d’actions : la première consistait en une ligne de militants tenant des panneaux et une banderole comportant des slogans rappelant la situation actuelle dans les cirques avec animaux. La seconde était le déploiement de militants allant directement à la rencontre des spectateurs pour les informer et leur distribuer des tracts (ici ceux fournis par l’association One Voice, que nous remercions) récapitulant les connaissances actuelles sur les cirques avec animaux.

Nous avons pu avoir des échanges constructifs avec certains spectateurs qui ne connaissaient pas tous la réalité derrière l’apparente facilité des animaux à exécuter des tours à la demande. Les tracts offraient un support intéressant de communication, et de nombreuses personnes ont eu l’air sincèrement intéressées par leur contenu, qui a pu être discuté. À nouveau, les questions de l’émerveillement des enfants, du contact avec des animaux autrement absents de nos contrées, de l’aspect traditionnel du cirque avec animaux ainsi que de la relation privilégiée entre le dresseur et les animaux ont été évoqués comme justification à la survivance et l’entretien des cirques avec animaux. Nous espérons avoir pu fournir aux spectateurs et aux passants les informations nécessaires pour prendre du recul sur ces questions.

Nous constatons avec regret que la présence policière que nous avons demandée à plusieurs reprises était, encore une fois, absente. Pour rappel, cette présence policière est avant tout un moyen de nous protéger, car notre manifestation pacifiste entraîne malheureusement des réactions parfois violentes de la part des passants. Cela est d’autant plus regrettable que des militantes se sont fait verbalement agresser et menacer de coups, et que plusieurs personnes nous ont hurlé des insultes en toute impunité. Le 13 février 2019, les représentants du Cirque de Rome, installé à Soissons, ont agressé physiquement et verbalement, et menacé de mort, les militant·es de l’association Paris Animaux Zoopolis.

Cette manifestation a été l’occasion de deux adhésions enregistrées pour notre association et également d’un don spontané de soutien de la part d’une passante.

Merci à Code Animal, VESEA, One Voice et aux militant·es pour les visuels et les panneaux, et pour leur temps. Merci aux spectateurs qui ont accepté de nous écouter pour en apprendre plus sur la situation des animaux dans les cirques. Et merci à Pascal pour les photos !

La lutte continue, nous nous retrouvons lundi 25 février à 13h devant la Mairie de Bordeaux pour demander à la Ville de se positionner contre l’exploitation des animaux par les cirques et de demander au gouvernement de légiférer sur la question.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *