Compte-rendu de la manifestation du dimanche 1 septembre 2019 contre l’exploitation des chevaux

Nous étions une vingtaine de militant·e·s dimanche après-midi, à nous retrouver à Bordeaux.

Cube of Truth · 15h30-17h30

D’abord place de la Comédie pour un « Cube of Truth » avec Anonymous for the Voiceless, avec en plus des vidéos habituelles révélant les dessous de la production du lait de vache et des œufs de poule, des vidéos autour de l’exploitation des équidés, dans les milieux touristiques notamment, mais aussi dans le milieu des courses hippiques. Notre nouveau dépliant sur l’exploitation des chevaux a pu être donné aux personnes intéressées, ce qui permettra peut-être d’ouvrir une réflexion et une remise en cause de ces pratiques auprès du grand public.

Manifestation devant les chapiteaux de Zingaro · 18h-20h

Nous avons ensuite déplacé le groupe, pour une manifestation avec panneaux et banderole, devant les chapiteaux de Zingaro, alors que les spectateurs et spectatrices arrivaient pour la représentation de 19h30. Le but : rappeler ou apprendre aux personnes qui venaient voir le spectacle que Clément Marty, alias Bartabas (responsable du théâtre Zingaro), est pro-corrida (les chevaux sont pourtant des victimes collatérales des corridas), pro-hippophagie, (on se souvient de sa célèbre phrase « Si vous aimez les chevaux, mangez-en », le seul argument trouvé étant pour sauver les 9 races de chevaux de trait amenées à disparaître). Comme un magicien avec ses tours de magie, Bartabas envoûte les amoureux des chevaux tout autant que les non-initiés, mais que se passe-t-il derrière la lumière, dans l’ombre et le quotidien ? Si Clément Marty a ses admirateurs, nombreux sont ceux qui ne cautionnent pas ses méthodes de dressage et ses entraînements – de nombreux témoignages allant du simple ressenti, malaise, mal-être pour certains, aux certitudes pour d’autres qui ont vu, connu et côtoyé celui qui a du mal à garder son sang-froid lorsqu’il est contredit et/ou contrarié. Comment peut-on imaginer que cette même personne soit en même temps dotée de patience et d’écoute pour obtenir de la part des chevaux ce qu’il appelle de la complicité ?

Les panneaux dénonçaient également les scènes les plus choquantes du spectacle : un cheval suspendu au plafond, des chevaux encouragés à se battre (scène pendant laquelle Alexander est décédé) et une saillie en direct sur un cheval d’arçon. Nous pensions cette question très difficile à aborder avec le grand public, mais la plupart des personnes que nous avons abordées ont bien voulu nous parler et entendre nos arguments avant d’aller voir le spectacle. Petite victoire du jour : à deux reprises, des personnes qui arrivaient en envisageant d’acheter un billet sont reparties sans le faire après nous avoir parlé.

La banderole rendait également hommage à Alexander, poney euthanasié le mercredi 21 août, des suites d’une chute lors du spectacle de la veille. Là encore, nous pouvions rappeler aux spectateurs que, d’après les témoignages que nous avons reçu sur le spectacle dès le lendemain matin, Alexander avait été laissé à terre, convulsant, le temps de finir la scène – et que le spectacle avait repris comme si de rien n’était à la suite de l’accident.

Sur la fin de la manifestation, un couple ayant assisté au spectacle la semaine dernière est venu nous voir pour nous remercier de manifester et nous donner leur témoignage, choqués par la scène de la saillie et la manière dont les chevaux étaient représentés en général. De plus, ces spectateurs ont remarqué tout le long du spectacle les mains des dresseurs qui donnaient des friandises aux chevaux dès qu’ils faisaient ce qu’ils devaient faire, mais qui jetaient aussi du sable vers eux quand les chevaux ne bougeaient pas assez et qui ont utilisé au moins une fois un petit fouet frotté au sol et claqué pour faire avancer un cheval. Alors que les dresseurs se veulent invisibles dans ce spectacle, ces spectateurs n’ont plus vu qu’eux après quelques minutes. L’image des chevaux libres, mise en avant par Bartabas pour ce spectacle, n’est bien que ça : une image.

Si vous avez vu le spectacle et que vous voulez vous aussi témoigner, n’hésitez pas à nous contacter par mail à acta.gironde@gmail.com.

Merci à tou·te·s les militant·e·s pour leur présence et leur motivation. Merci à Thierry et Cyril pour les photos.

On se retrouve samedi 7 septembre à Tarbes contre l’expérimentation animale, dimanche 8 septembre à l’iBOAT pour le Green Market, samedi 14 septembre à Lush Bordeaux pour une journée Charity Pot et dimanche 22 septembre au Hangar 14 pour Cap Asso, où nous proposerons une mini-conférence sur l’antispécisme et sur nos actions…

Merci pour les animaux

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *