Véganisme

Qu’est ce que le véganisme ?

On est végétarien(ne) quand on ne mange pas d’animaux (de la moule à la vache, en passant par le thon et l’agneau). On est végétalien(ne) quand on ne mange ni animaux ni sous-produits animaux (lait, oeuf, miel…).

On est vegan lorsque l’on refuse tout produit & service issu de l’exploitation animale. C’est à dire que l’on est végétalien, mais en plus, on n’utilise pas de produits testés sur les animaux, on refuse les divertissements avec animaux (cirques, corridas, marineland, zoos, etc …), on refuse la fourrure, le cuir, la laine, …Bien évidemment, il ne s’agit pas d’être parfait, car il est impossible de ne pas nuire aux animaux au quotidien, rien qu’en utilisant sa voiture, en consommant de la nourriture végétale bien que l’impact soit moindre, ou en utilisant du plastique, de l’eau potable etc …Mais il s’agit de tendre vers un impact minimum et d’être conscient de la souffrance engendrée par chacun de nos actes. Si l’on peut la réduire ou la supprimer, alors agissons !

En savoir plus…

 

En anglais, le terme vegan signifie végétalien. Il n’existe pas de terme qui englobe le refus de toute exploitation animale.

Le terme véganisme figure dans le dictionnaire Hachette 2013, et depuis 2015 dans le Larousse.

 

 

Qu’est ce que le spécisme ?

Le spécisme, c’est la discrimination basée sur le critère de l’espèce, au même titre que le racisme se fonde sur la race, le sexisme sur le sexe, etc … C’est une idéologie d’oppression.
L’exploitation des animaux est fondée sur l’idée que les individus des autres espèces sont inférieurs aux êtres humains, qu’ils ne sont qu’une marchandise. Leur mise à mort serait un mal nécessaire, car il serait « naturel » de tuer pour manger. Mais l’ordre naturel, qu’est-ce que c’est ? Cette notion a excusé et excuse encore toutes les discriminations : celles de race, de sexe, et… d’espèce ! Les animaux sont tués uniquement parce qu’ils sont d’une autre espèce : c’est ce que nous désignons par spécisme. Le meurtre des animaux pour le plaisir des humains a donc un nom, il ne s’agit ni de fatalité, ni de choix personnel, mais de spécisme.

 

 

« On reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux ».
Gandhi

 

La maltraitance des animaux est aujourd’hui un sujet dont les citoyens se préoccupent de plus en plus. Dans de nombreux domaines, les animaux sont utilisés comme des objets, que ce soit à des fins scientifiques, commerciales, ou de divertissements purs et simples. Bien que de nombreuses personnes nient encore la capacité des animaux à ressentir la douleur qu’on leur inflige, les mœurs évoluent doucement. Dernière en date, en France : l’évolution du statut de l’animal dans le Code Civil le 15 Avril 2014 passant de « bien meuble » à « êtres vivants doués de sensibilité ». Un pas symbolique …

 

Législation Française

  • Le Code pénal punit, suivant l’article 521-1, toute personne commettant un acte de cruauté ou de maltraitance sur un animal d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.
  • L’article 521-2 du même code vise quant à lui les expériences faites sur les animaux et punit ses auteurs des mêmes peines qu’à l’article précédent.
  • Le Code rural punit via les articles R.214-17 à R.214-18, le fait notamment de ne pas nourrir un animal ou de ne pas lui prodiguer les soins nécessaires.

 

Face à tout cela, chacun se doit de se positionner à travers sa consommation et ses actes quotidiens. Il est devenu impossible de fermer les yeux. Malgré nous, la société actuelle nous amène chaque jour à agir de manière non éthique et indirectement cruelle envers les animaux. Il est possible de refuser cela en changeant notre mode de vie. Il est tellement plus épanouissant de vivre sans subir les choix que la société nous impose et d’être maitre de notre propre consommation.

Une ouverture sur la souffrance animale qui nous entoure ne peut qu’être bénéfique pour les générations à venir, qui seront, avec de l’espoir, pleinement conscientes de leurs actes et pourront réorienter la société vers un monde plus sage.

 

 

 

 

Pour aller plus loin

SITES INTERNET

FILMS

LIVRES

  • Antispéciste, Aymeric Caron
  • Bêtes humaines ? Pour une révolution végane, Méryl Pinque
  • L’éthique à table : pourquoi nos choix alimentaires importent Peter Singer
  • Voir son steak comme un animal mort : véganisme et psychologie morale, Martin Gibert
  • Introduction aux Droit des Animaux, Gary Francione
  • Plaidoyer pour les animaux, Matthieu Ricard
  • Les Droits des animaux, Tom Regan
  • Vache à lait : dix mythes sur l’industrie laitière, Élise Desaulniers
  • Un éternel Treblinka, Charles Patterson
  • Éthique animale, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer

 

Articles similaires